Chaque mois nous vous partagerons un témoignage de retraitant
tiré du livre “Ils ont rencontré le Christ
du Père Romagnan, CPCR .
Ces histoires d’hommes revenus à Dieu sont du siècle dernier.
Mais elles ont bien eu lieu dans nos Maisons
et restent pour nous des exemples bien parlants.


Conversion d’un athlète

Sa religion était le sport, l’éducation physique. Ancien instructeur de l’école de moniteurs de Joinville, bâti comme pas un, il n’avait qu’un Dieu : le sport ; qu’un culte : le muscle, le corps ; qu’un idéal : l’entraînement, la compétition, la performance.

 Il avait assez bien réussi ; à 62 ans, il n’en paraissait pas 50 et il aurait encore battu bien des jeunes à la course, à la lutte, à la boxe, et surtout au souffle. Il était heureux de vivre, de se savoir « costaud », de sentir le jeu puissant et harmonieux de ses muscles et de toute sa belle machine d’homme. Il ne pensait pas qu’il pût y avoir un autre paradis que celui-là.

Et naturellement, sur le plan spirituel, sur le plan moral, quel contraste… Quelle misère ! Rien du costaud alors. Mais le pauvre type… fragile…faiblard…que la moindre tentation, d’où qu’elle vienne, trouve sans défense et renverse inexorablement. Employé dans une usine, il avait même failli aller en prison pour trafic illicite aux courses de chevaux, comme bookmaker. Il avait fallu une intervention énergique de son patron pour lui éviter cette déchéance.

l’Église, les sacrements, la vertu, l’Éternité
étaient pour lui vides de sens…

Au point de vue religieux : le néant. Dieu, Jésus Christ, l’Église, les sacrements, la vertu, l’Éternité étaient pour lui vides de sens, un monde inconnu, fermé, inexistant.

Le Seigneur de Bonté emploie des arguments frapants

Quand Il veut ramener à Lui et sauver une âme qui, ne l’ayant jamais rencontré sur sa route, l’ignore, le Seigneur de Bonté emploie parfois des arguments frappants. Un jour, cet homme si fort physiquement et si fier de ses muscles, est pris de malaises particuliers. Placé en observation à l’hôpital il subit des tests médicaux et on diagnostique une affection gangreneuse ou cancéreuse qui lui attaqué la jambe ; il faut immédiatement couper celle-ci jusqu’en haut, jusqu’à la hanche.

Au cours des jours, des semaines qui suivent l’amputation, on vit chez cet homme un épouvantable désespoir. Lui qui avait installé – si l’on peut dire – toute sa vie sur le culte de son corps et la pratique du sport, voyait ce corps détruit en partie, diminué, amoindri, déséquilibré, incapable désormais de quelque sport que ce fût. Avec cela, pas de famille ou presque, une pauvre épouse falote qui ne pouvait guère le remonter.

Il eut besoin de ce secours plus que la morphine

Heureusement, le Seigneur avait tout prévu, comme toujours… Il y avait au bureau de l’usine un employé, ancien retraitant : il avait compris le désarroi du pauvre malade et les possibilités qu’ouvraient à la grâce ces épreuves, cette terrible croix si mal supportée au début. Il se rendit régulièrement à l’hôpital… il commença par essayer de consoler ; il parla de choses mystérieuses et très douces que l’autre ne compris guère d’abord. Peu à peu le mutilé se plut à recevoir ces visites ; il s’accrocha à cet ami qu’il connaissait à peine auparavant et qui venait presque chaque jour, désintéressé, doux, humble, patient, persévérant. Peu à peu, il eut besoin de ce secours plus que la morphine. Il l’attendait.Par lui, il remontait à la surface, à la lumière. Puis, le bon samaritain apporta des livres, des revues, lectures sérieuses, efficaces, qui parlaient aussi de choses mystérieuses. Ces choses commençaient à prendre visage de réalités, déjà consolantes, apaisantes… peut-être même solides, vraies. Puis l’ami compatissant commence, avec précaution, doucement, à parler de Dieu, de son Amour pour les hommes, de Jésus-Christ et de sa Croix, de la valeur du sacrifice, du sens de la souffrance. Il laissa sur la table de nuit des numéros de la revue « Marchons » qui racontait des conversions bouleversantes se produisant au cours de retraites fermées.

   

Jour après jour, le mutilé se familiarisait avec un monde complètement différent de celui dans lequel il avait vécu jusqu’alors. Un monde nouveau, plus lumineux, plus profond, plus solide, plus joyeux, avec des profondeurs incroyables, des promesses merveilleuses. En même temps qu’il travaillait ainsi, le bon samaritain avait mobilisé, pour l’aider, le soutenir, la grande et noble armée de la prière, du sacrifice, de l’immolation qui rachète. Il avait alerté les couvents, monastères de la région.

Il avait compris qu’il y avait autre chose que le corps, les muscles et le sport.

Cette offensive spirituelle fut couronnée de succès, pleinement victorieuse. En effet, lorsque quelques semaines plus tard arriva le moment de l’exeat, l’ex athlète complet, non seulement était sauvé du désespoir, mais il avait compris qu’il y avait autre chose que le corps, les muscles et le sport. Comme Psichari il avait découvert à l’hôpital une chose dont on ne lui avait jamais parlé auparavant ; il avait une âme, une âme immortelle, pleine de possibilités divines.
Quelle transformation elle opère dans une vie d’homme cette découverte, cette richesse ! Une âme ! Richesse, découverte que le monde, même le monde actuel, qui se veut objectif, cache, dérobe le plus souvent à ses adeptes…
On lui avait parlé aussi de retraites, au pauvre mutilé, de maisons de retraits. Devinant que là, sans doute, il aurait enfin la clef de son mystère, il demanda timidement à celui qui avait été l’instrument de son salut :

Et moi… ne pourrais-je pas aussi aller à Chabeuil pour faire cette retraite ?

Et moi… ne pourrais-je pas aussi aller à Chabeuil pour faire cette retraite ?… Ah, il fut bien payé de toutes ses peines, par cette simple question, le bon samaritain ! Le départ pour la retraite eut lieu quelques jours après sa sortie de l’hôpital. Le patron de l’usine, au courant de la situation mis sa voiture personnelle à la disposition des voyageurs et un contremaître se fit une joie de les conduire jusqu’à Chabeuil (plus de 200 kms). Il devait revenir les chercher à la fin de leur séjour.
A Nazareth, le R.P. Supérieur donna sa chambre afin que le malade n’ait pas à monter l’escalier, il n’était pas encore habitué à sa jambe orthopédique…

La cure spirituelle fut très efficace. En découvrant toutes les splendeurs du plan d’amour sur l’homme déchu, le mutilé pleura beaucoup : il comprenait maintenant le sens de la souffrance, la croix ; tout s’éclairait, tout s’expliquait dans la lumière catholique.

Le jour de la fête de l’Enfant Prodigue, il fut incapable de prononcer une parole, tellement était vive son émotion, mais il versa de douces larmes de joie en écoutant ces témoignages qui exprimaient peu ou prou ce qu’il avait ressenti lui-même.

Je ne sais comment remercier le bon Dieu de m’avoir fait perdre une jambe ?

A la fin de la retraite, il déclara à son sauveur : “Je ne sais comment remercier le bon Dieu de m’avoir fait perdre une jambe car Il savait très bien que sans ça personne n’aurait pu me faire aller à Chabeuil. Et je puis dire en toute vérité que je suis plus heureux aujourd’hui avec une jambe en moins, ayant trouvé Dieu dans cette maison bénie… que je ne l’ai jamais été, champion d’athlétisme, avec mes deux jambes ».

Il retourna chez lui bien apaisé, très consolé, à la stupéfaction de son épouse qui retrouvait un homme tout différent de celui qui était parti. Notre cher amputé ne guérit jamais entièrement de l’affection maligne qui avait rendu nécessaire l’amputation. Il mourut 3 ans plus tard dans d’excellents sentiments religieux. L’ancien athlète était devenu un vrai chrétien.

Tags: